Confédération des États-nations

Commenter
màj : 13 déc. 2017

Introduction

Démocratie mondiale

L'idéologie des superpuissances (USA, Chine, UE, Russie, ...) ne porte-t-elle pas le germe d'une future guerre mondiale ? Dans l'affirmative ne devrions-nous pas favoriser le démantèlement de ces superpuissances, par sécessions, notamment sur base linguistique ?

Nous pourrions créer un esprit favorable à une telle évolution en oeuvrant à la création d'une Confédération des États-nations. Idéalement l'initiative pourrait être lancée par seulement quatre pays de taille moyenne : un d'Asie, un d'Afrique, un d'Amérique du Sud et le quatrième du continent européen.

Le concept tutmondigo.net propose en outre de fonder cette Confédération sur un programme politique essentiel : le partage des pouvoirs politique (démocratie directe) et financier (allocation universelle).

Le tableau suivant montre qu'actuellement les treize pays les plus peuplés représentent 62% de la population mondiale.

Dans le présent article je structure mes réflexions sur ce que pourrait être cette Confédération. Il vous paraîtra sans doute utopique, mais il a je crois le mérite de susciter la réflexion en sortant du cadre de nos conceptions traditionnelles des relations internationales.

État et nation

Pourquoi parle-t-on d' "État-nation" ? En effet, "État" et "nation" n'est-ce pas la même chose ? Réponse : oui ... et non. Mais commençons pas définir ce que nous entendons ici par "État" et "nation" :

  • un État est une zone géographique délimitée par des frontières et au sein de laquelle règne un gouvernement ;

  • une nation est une population :
    • partageant certaines valeurs culturelles (langue, religion, ...) c-à-d une ethnie ;
    • et s'identifiant à un État.

L'État-nation est donc une notion composite, à la fois géographique (territoire, pays, frontières), politique (pouvoir, gouvernement) et culturelle (peuple, ethnie).

Une ethnie ne devient véritablement nation qu'en se créant son propre État. Par contre un État n'a pas nécessairement de nation spontanée. C'est notamment le cas des États constitués par un ou plusieurs pays tiers en imposant le regroupement d'ethnies différentes (exemples : Royaume-Uni des Pays-Bas par le Congrès de Vienne en 1815 ; l'Inde par l'Angleterre ; le Congo par la Belgique ; l'Union européenne par les USA, etc). Il convient donc de distinguer d'une part nation construite, phénomène oligarchique (et généralement colonialiste ou impérialiste), et d'autre part nation spontanée, phénomène démocratique (et, semble-t-il, plus rare ...).

Quelle est la différence entre fédération et confédération ?

  • Une fédération est un forme d'État dont les régions qui le composent jouissent d'une souveraineté dans certains domaines. Une fédération est donc un État. Elle est souvent une étape intermédiaire vers le séparatisme en différents États, ou au contraire vers l'union en un État unique.
  • Une confédération est une organisation permettant à ses États-membres de rationaliser leur coopération sur base volontaire. La confédération n'est donc pas un État, elle ne se substitue pas à ses États-membres mais s'y ajoute en se situant hiérarchiquement au même niveau, voire en-dessous de chaque État.

    Ceci dit, on pourrait aussi imaginer une Confédération en tant qu'État spécial, se situant au côté des Nations plutôt qu'au-dessus. C'est précisément l'option proposée dans la section présentant cinq principes de la Confédération des États-nations.

Conclusion. La fédération étant plus centralisée la complexité de son fonctionnement augmente considérablement avec le nombre et la diversité de ses membres. L'idéal est donc d'associer fédération au niveau local (national) et confédération au niveau global (international).

Les États
et Internet

Internet va-t-il progressivement conduire au démantellement des États et à leur remplacement par un oligopole de méga-entreprises privées (les géants du Web), constituant "de facto" un gouvernement mondial hors de tout contrôle démocratique ? Le risque est réel alors que, pourtant, les technologies de réseau pair à pair, chaîne de bloc et cryptographe quantique pourraient au contraire faire évoluer la société humaine vers une Confédération mondiale d'États-nations fonctionnant en régimes de démocraties directes. Malheureusement la classe politique est facilement corruptible et, à l'instar de la communauté scientifique, a quasiment perdu toute capacité critique et propositionnelle par rapport à l'idéologie des marchés, cette nouvelle religion qui ne dit pas son nom.

Je vous recommande vivement de visionner ces quelques extraits d'une conférence ("Droit et numérique") donnée en 2016 à l'Académie royale des sciences de Belgique par Yves Poullet, recteur de l'université de Namur et qui fut de 1979 à 2010 le directeur du Centre de recherches informatique et droit :

Les États face à Internet (34m40s - 2016)

On notera dans cette conférence :

  • la critique, très timide selon nous, du "business model" connu sous la dénomination d' "autorégulation", par lequel des entreprises privées fournissent à leurs clients des services de nature législative et judiciaire (!!!), prétendument "indépendants" (sic), et concernant les effets de leurs activités sur la collectivité ;
  • la propagation implicite de l'idée discutable selon laquelle la déterritorialisation serait une évolution "naturelle" et "irréversible, plutôt qu'une stratégie d'échappement fiscal pouvant être neutralisée voire inversée (frontières numériques, souveraineté numérique, libre-échange conditionnel) ;
  • la non évocation de l'option d'entreprises publiques (éventuellement confédérales) comme substituts aux géants privés de l'Internet.

Mondialisation vs mondialisme

Dans l'introduction nous avons ébauché la nature à la fois politique et culturelle du concept d'État-nation. Deux phénomènes qui influencent grandement les États-nations sont la mondialisation et l'impérialisme.

Pour analyser correctement la relation entre ces deux phénomènes il importe de distinguer mondialisation et mondialisme :

  • Par "mondialisation" nous entendons le fait historique du brassage des populations et des cultures, résultant du développement (augmentation de la vitesse, diminution du prix, ...) des moyens de transport et communication à longue distance (avions, Internet, ...). Ce phénomène évolutif existe depuis que l'homme existe, mais sa progression semble exponentielle.

  • Par "mondialisme" nous entendons l'idéologie visant à exploiter la mondialisation pour oeuvrer à l'instauration d'un gouvernement mondial. Qu'on le veuille ou non, cette idéologie constitue de facto un fondement idéal pour une politique impérialiste visant à prendre le contrôle d'autres États-nations et leur imposer le système politique et économique ainsi que la culture du pays impérialiste.

    Le très faible nombre de "J'aime" de la page Facebook du World Federalist Movement, une organisation de promotion du mondialisme, suggère que l'idée d'un gouvernement mondial n'intéresse pas grand monde. À noter que le site ouaib de cette organisation est rédigé uniquement en anglais, et que ses deux sièges sont installés à New-York et Den Haag. Parmi ses financiers ont trouve la Fondation Ford, l'Open Society Foundation de George Soros, ou encore l'Union européenne [source] ...

États-nations
et mondialisation

La mondialisation enrichit-elle la diversité culturelle (effet de diversification), ou bien au contraire l'appauvrit-elle (effet d'uniformisation) ? Cette question est fondamentale pour comprendre la problématique des États-nations, qui personnifient chacun une identité culturelle sociétale, c-à-d une expérience particulière de société humaine.

Selon nous (i) ces deux effets opposés de diversification/uniformisation co-existent, et (ii) les États-nations peuvent, par l'organisation de leur fonctionnement interne et collectif, influer sur l'ampleur relative de ces deux effets, qui ont chacun des aspects positifs et négatifs, mais dans des proportions différentes.

Motivations de
l'anti-nationalisme

Avez-vous remarqué que les politiciens et les journalistes européistes ne ratent pas une occasion de dénigrer le nationalisme, mais sont nettement moins critiques concernant l'impérialisme US, alors que l'impérialisme est pourtant la forme abjecte du nationalisme.

La problématique de l'État-nation est nettement plus nuancée que ce que nous inculque la propagande manichéenne et calomnieuse des classes dirigeantes européennes, selon laquelle « le nationalisme c'est la guerre ! » . En réalité c'est beaucoup moins le nationalisme qui est à la source des guerres que les stratégies dominatrices des classes dirigeantes. Ce sont donc les classes dirigeantes qu'il faut éradiquer (PS : pas les personnes évidemment mais leur statut) et non la diversité des façons de concevoir la vie en société. Si le nationalisme peut certes constituer un terrain de conflits potentiels entre nations il est aussi l'expression de la diversité culturelle. Réduire le risque de conflits en éradiquant cette diversité c'est une "victoire à la Pyrrhus". Il faut apprendre à respecter la différence et non la gommer. Il ne faut pas éradiquer les conflits mais développer l'art de les gérer.

Selon nous la véritable motivation de la propagande anti-nationaliste (phénomène typiquement européen) est double :

  • Union européenne contre les nations. En raison de leur diversité culturelle (en particulier la diversité des langues) les États-nations européens sont incompatibles avec le projet "d'États-unis d'Europe" qu'est l'UE ;

    Impérialisme culturel. Par essence l'impérialisme vise à éradiquer la diversité culturelle linguistique car celle-ci constitue un obstacle psychique et administratif au pouvoir impérial. Il est donc logique que la classe politique européenne, qui est le vecteur indigène de l'impérialisme US, tente de remplacer les langues européennes par l'anglais. On notera à cet égard que le phénomène d'acculturation européenne commença dès les années 1930 lorsque, les USA s'affirmèrent comme la nouvelle Rome impériale.

  • Néolibéralisme contre les États. L'idéologie néolibérale vise "in fine" à une régression vers une sorte d'état de nature technologique, lequel est fondé sur la loi de la jungle c-à-d la loi du plus fort. Or le développement des États s'oppose à cette régression.

    GAFAM. À noter le rôle des cinq GAFAM - Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft (NB : toutes des sociétés US ...) - qui considèrent les autres États comme des obstacles à leur pouvoir grandissant (PS : la valeur boursière cumulée du GAFAM est équivalent au PIB de la France ! ). À noter également l'intrication des GAFAM avec l'État US, notamment via les commandes publiques provenant de l'armée US ou de la NASA, et les échanges d'informations avec les services du renseignement civil et militaire.

L'impérialisme US n'a donc pas disparu, il évolue.

Le phénomène Halloween

Un exemple flagrant d'américanisation culturelle planifiée fut la propagation de la fête d'Halloween - archétype de l'imagerie culturelle US - via les écoles maternelles et primaires, et cela avec le soutien massif des médias "d'information" des pays européens. En l'espace d'une seule année (1992, soit un an avant la création de l'Union européenne ...) la fête d'Halloween fut propagée en même temps dans l'ensemble des pays qui quelques années plus tard allaient se voir imposer l'intégration au sein d'une union monétaire européenne. L'extrême rapidité du phénomène Halloween et l'implication des appareils d'État dans sa propagation suggèrent qu'il y a bien eu planification. Le fait de conditionnement culturel américaniste est confirmé par la disparité entre d'une part la surmédiatisation de cette fête en Europe (écoles primaires, Journal télévisé, ...) et d'autre part les résultats de ce sondage suggérant que plus de 90% des belges ne fêtent pas Halloween [source].

Ces considérations nous conduisent logiquement à analyser maintenant la relation entre langues et cultures. Pour ce faire il importe de situer cette relation dans le contexte géopolitique international.

Langues et cultures

Drapeau de la Francophonie et de l'espéranto

Drapeaux de la francophonie (blanc) et de l'espéranto (vert)

La culture ne se réduit certes pas à la langue, mais celle-ci en constitue un élément important car le vocabulaire, la grammaire et la syntaxe propres à chaque langue influencent notre façon de penser et de nous exprimer [1]. Or la diversité culturelle est un facteur déterminant du progrès scientifique, par la confrontation d'approches différentes qu'elle induit. La langue internationale favorise la comparaison de ces diversités et l'enrichissement mutuel des cultures [2]. C'est pourquoi la neutralité politique et culturelle de la langue internationale est un principe fondamental de l'écologie sociale.

Il importe donc de garantir la coexistence durable d'une double culturalité - nationale et internationale - sans phagocytation de la première par la seconde (principe de complémentarité durable). Il est urgent de contrecarrer la volonté hégémonique d'États pratiquant le colonialisme culturel, comme c'est le cas, en autres, de l'appareil d'État US. L'utilisation de l'anglais comme langue internationale favorise considérablement les anglophones de souche que ce soit en politique, en affaires ou dans les sciences. Il s'agit donc de développer un véritable cosmopolisme et de ne pas régresser vers l'américanisme. Une solution consiste à instaurer officiellement une langue internationale construite à cet effet.

Langue internationale

L'utilisation exclusive d'une langue nationale comme langue internationale conduirait nécessairement, in fine, à l'éradication des cultures nationales par la nation dont la langue est utilisée comme langue internationale, ce qui constituerait une très grave régression en matière de diversité culturelle. Il est donc urgent de développer l'usage d'une langue internationale construite à cet effet (LIC).

S'il n'existe pas encore une LIC dont la conception et l'apprentissage ne privilégient aucune des principales familles linguistiques on pourrait instaurer deux LIC, une pour chacune des deux principales familles linguistiques : l'indo-européenne et la sino-tinétaine, qui représentent 73% de la population mondiale [source].

Comment
implémenter
une LIC

Il suffirait que quelques État mènent de concert une politique de promotion d'une LIC pour qu'après seulement une seule génération celle-ci commence à s'imposer comme langue internationale.

Une telle politique de LIC pourrait être fondée sur les quatre axes suivants :

  1. Pilier enseignement : faire de cette LIC la seule langue "étrangère" de l'enseignement public primaire et secondaire de ces pays ;

  2. Pilier culture : favoriser la création et la distribution de productions réalisées dans cette LIC : cinéma, littérature, chanson, théâtre, production scientifique, médias d'information, ...

    C'est exactement ce qu'a fait le gouvernement US en 1947 en imposant aux pays "libérés" le plan Marshall [3], qui imposait l'obligation de projeter chaque année dans les salles de cinéma au moins 30% de films produits à Hollywood [source p. 47]. Ce n'était qu'un début puisqu'aujourd'hui ce taux a plus que doublé !

  3. Pilier institutions internationales : la « Confédération des nations » évoquée plus loin devrait travailler et communiquer exclusivement dans la LIC choisie comme langue confédérale.

  4. Pilier technologies : mettre sur pied un programme international de développement d'une nouvelle génération de langages de programmation et de protocoles réseau, basés non plus sur l'anglais mais sur la langue confédérale.

Problématiques
linguistiques

Nous abordons ici trois problématiques clés de la linguistique : les technologies de traduction, la différence entre langue naturelle et construite, et enfin le piège du multilinguisme.

Technologies de traduction. Il y a peu de doutes que vont se généraliser les technologies de traduction automatique en temps réel [exemple]. En conséquence l'utilité d'une langue internationale se fera-t-elle moins sentir ? Pour tenter de répondre à cette question commençons par rappeler qu'aucune traduction - automatique ou humaine - ne peut résoudre complètement les différences sémantiques entre mots considérés comme équivalents entre deux langues. Il en résulte qu'aucune traduction n'exprime exactement la signification originelle d'un texte. C'est pourquoi il nous paraît indispensable de disposer d'une langue internationale culturellement neutre (donc qui n'est pas une langue nationale) - notamment en matière de droit international - que ce soit pour la rédaction originelle ou pour des traductions de textes conçus en langues nationales.

Langue naturelle ou construite ? De nombreuses langues (la plupart ?) ont perdu leur caractère "naturel". Il s'agit des langues nationales qui furent normalisées et officialisées par un État, de sortes qu'elles ont acquis un statut mixte. Mais la distinction entre langues "naturelles" et "construites" est une vue de l'esprit, inventée pour les besoins de la taxinomie linguistique. En effet toute langue ne "tombe pas du ciel" mais est le fruit de conventions sociales c-à-d d'une forme de ... construction. Et corrélativement toute construction sociale peut être vue aussi bien comme un phénomène naturel. Par conséquent l'argument de l'impérialisme culturel US selon lequel rien ne pourrait résister à l'hégémonie mondiale de l'anglais n'a aucun fondement scientifique et relève bien de la propagande visant à conditionner les esprits à la soumission : il est tout à fait possible de concevoir et instaurer une langue internationale qui supplanterait l'anglais.

Le piège du multilinguisme. La politique de diversité culturelle de l'UNESCO est fondée sur le concept de multilinguisme plutôt que sur le bilinguisme "langue nationale + LIC". La différence de terminologie n'est pas idéologiquement neutre. Ainsi dans la sphère économique le terme "multilinguisme" signifie la connaissance d'un maximum de langues étrangères, ce qui dans un monde de plus en plus globalisé où sont pratiquées des centaines de langues est de moins en moins réaliste mais présente l'avantage - pour l'employeur - que le salarié, ne connaissant jamais suffisamment de langues étrangères, est par conséquent incité à modérer d'autant ses revendications salariales.

En introduction à la section suivante notons que la monnaie est une forme de langage : comme tout langage la monnaie est un signe (une représentation) facilitant l'évaluation et l'échange de ses objets (matière ou information).

Devise internationale

Devise vs monnaie

Commençons par préciser le vocabulaire : on parle de devise dans le cadre de transactions internationales, et de monnaie dans le cadre de transactions au sein d'un même pays.

Une devise internationale peut avoir deux fonctions :

  1. monnaie facilitant les échanges, l'épargne et la comptabilité au niveau international ;

  2. étalon par rapport auquel les gouvernements implémentent des mesures économiques visant à limiter la fluctuation de leur devise (principalement le contrôle de l'inflation et de la dette publique).

On peut distinguer trois types de devises internationales :

  • devise nationale ;
  • union monétaire ;
  • devise construite.

Devise nationale

Depuis que les États existent certaines monnaies font ou ont fait office de devise internationale. Il s'agit généralement de la monnaie de pays colonialistes et/ou impérialistes. Aujourd'hui la principale monnaie nationale faisant office de devise internationale est le dollar US.

L'avantage pour un pays d'avoir une monnaie faisant office de devise internationale est double :

  • acheter à l'étranger en payant dans sa propre monnaie (ce qui réduit le besoin de se procurer des devises étrangères via les exportations ou des emprunts) ;

    Effet sur la dette publique. Quand on voit l'importance de la charge d'intérêt sur les emprunts en dollars dans les déficits publics de la plupart des pays, il en résulte que la dette publique US serait nettement plus élevée si sa monnaie n'était pas la principale devise internationale (PS : on peut donc s'attendre à ce que le gouvernement US tente d'empêcher la Chine de lui ravir le statut de détenteur de la devise internationale, et pour la même raison qu'il s'oppose à la création d'une devise internationale non nationale).

  • utiliser les institutions monétaires internationales (en l'occurrence le FMI et la Banque mondiale) comme armes de conquête et de prédation économique sur des pays qui empruntent cette devise [approfondir].

Une monnaie nationale faisant office de devise internationale peut cependant constituer une contrainte pour le pays en question si ce statut requiert de maintenir la stabilité de la devise. C'est pour cette raison que le gouvernement US a décidé en 1971 de mettre fin unilatéralement aux accords de Bretton Woods qui depuis 1944 garantissait la convertibilité du dollar en or.

Union monétaire

Les monnaies nationales sont supprimées et remplacées par une monnaie unique dans le cadre d'un État supranational se substituant progressivement aux États nationaux. C'est le cas de l'euro et de l'Union européenne.

Théoriquement l'union monétaire peut se justifier pour des pays partageant la même langue ou ayant atteint le même niveau de développement économique. Mais rares sont les unions monétaires qui ne sont pas soldées par un échec. En tout état de cause les populations des pays concernés par un projet d'union monétaire doivent bien être conscientes que la gestion d'une union monétaire ne peut fonctionner efficacement que si elle est accompagnée d'une union politique, ce qui revient "in fine" à la fusion des États concernés en un seul État, et conduit souvent à une normalisation culturelle.

Un concept plus politique qu'économique. En raison du progrès technologique le principe d'union monétaire n'a plus vraiment de justification économique. D'une part l'argument de la diminution des coûts de transactions liés à l'usage de plusieurs monnaies tend à perdre tout fondement suite à la dématérialisation de la monnaie et l'utilisation généralisée de systèmes de paiements électroniques. D'autre part concernant l'argument de la stabilité des taux de change il faut savoir qu'il existe des solides arguments en faveur du change flottant [approfondir].

De la non pertinence des unions monétaires (0m43s - 2017)

Extrait d'une conférence de Mario Telò, professeur de relations internationale et spécialiste de l'Union européenne, présentée à l'Académie royale de Belgique en 2017.

Monnaie construite

La monnaie internationale construite est fondée sur un panier de devises dont la parité est fixée relativement aux autres devises ou relativement à la valeur moyenne du panier (éventuellement en autorisant des fluctuations dans une certaine marge). Il ne s'agit donc pas d'une monnaie unique mais d'une monnaie commune : elle ne supprime pas les monnaies nationales mais les complète (sans quoi il ne s'agirait plus d'une devise internationale mais d'une monnaie mondiale). Il ne s'agit donc que d'une "monnaie" partielle.

Des exemples de monnaies construites sont le Bancor, les DTS et l'ECU.

Le Bancor. Lors de la conférence de Bretton Woods (USA) en 1944 l'économiste britannique John Meynard Keynes avait proposé la création d'un étalon monétaire international appelé "Bancor". Ce projet fut cependant rejeté en raison de l'opposition de Washington qui préférait que ce soit le dollar qui soit consacré comme devise internationale [approfondir].

Droits de tirage spéciaux. Créé en 1969 par le FMI le "DTS" est constitué d'un panier de devises réévalué tous les cinq ans. En 2016 le renminbi (la devise chinoise, encore appelée Yuan) a été ajouté au panier constitué du dollar américain, de l'euro, de la livre sterling et du yen. Les DTS sont des crédits que les nations disposant d'excédents dans leur balance des échanges peuvent « tirer » des nations ayant des déficits commerciaux. Les DTS sont alloués aux pays membres proportionnellement à leur quote-part au FMI. Cependant le DTS n’est pas une devise à proprement parler : (i) Le FMI n’est pas un émetteur et ne garantit pas les valeurs en DTS par ses propres réserves ; (ii) les fonds de réserves déposés au FMI par les États ne sont pas libellés en DTS mais dans chacune des devises composant le panier ; (iii) Le DTS n’est pas coté. Enfin le DTS n'est pas utilisé comme étalon monétaire [approfondir].

L'ECU. La European Currency Unit, ancêtre de l'euro (1980 à 2000), était un panier constitué des devises européennes. L'ECU fut utilisé comme unité de compte pour les institutions européennes et les banques centrales des pays membres, ainsi que comme monnaie de placement et d'endettement sur les marchés financiers. La valeur de chaque devise nationale était autorisée à fluctué de 1,125 % relativement à la valeur moyenne du panier. L'ECU n'a pas eu l'effet souhaité de stabilisation des cours des devises concernées, qui ont quasiment toutes subies une voire plusieurs dévaluations [source].

Entêtement. Plutôt que de constater l'absurdité économique du projet européiste et de l'abandonner, il fut décidé au contraire de l'accentuer en passant à l'euro, monnaie unique ...

Conclusion

L'utilisation d'une monnaie nationale comme devise internationale profite surtout au pays dont cette devise est la monnaie nationale. C'est le cas du dollar, mais aussi de l'euro par rapport à l'Allemagne, qui a fait l'euro à l'image du Deutsche Mark. En outre l'Union monétaire requiert une union politique, laquelle implique voire requiert aussi l'uniformisation culturelle.

Par conséquent, une des premières créations de la future Confédération des États-nations devrait être une devise internationale :

  • créée spécifiquement à cet effet ;
  • ne se substituant pas aux monnaies nationales ;
  • subordonnée aux monnaies nationales dans le cadre d'un système politique international de type confédéraliste (elle n'est pas une monnaie mondiale mais une devise internationale) ;
  • pouvant faire l'objet de prêts sans intérêts aux États (contrairement aux prêts en dollars "accordés" par le très états-unien FMI ...).

Compétition internationale

Les classes dirigeantes contrôlant chaque pays ont certes en commun leur volonté de conserver la propriété privée des principaux moyens de production, mais elles sont également en compétition les unes contre les autres en raison de l'idéologie élitiste, individualiste et d'enrichissement maximal - le "libéralisme" - qui fonde toute oligarchie. Cette compétition est la cause principale de l'impérialisme et des guerres qu'il suscite sans cesse.

Contrairement à ce que prétend la propagande "libérale" ce ne sont donc pas les États-nations qui provoquent les guerres, mais les classes dirigeantes qui contrôlent les États pseudo démocratiques via la propriété privée des principaux moyens de production. L'État n'est en lui même ni bon ou mauvais, il est un outil - très puissant - dont les effets dépendent de qui le contrôle et dans quels buts.

Comme dans tous groupes en compétition les rapports de force entre classes dirigeantes nationales évoluent au gré des alliances qui se font et se défont, parfois même se retournent. Ce n'est évidemment pas un hasard que cette dynamique de stratégies oligopolistiques entre classes dirigeantes nationales ressemble comme deux gouttes d'eau à celle opérant entre grandes sociétés privées. Il ne pourrait en être autrement puisque les grandes sociétés sont la propriété privée des classes dirigeantes. Oligarchies et oligopoles correspondent respectivement aux faces politique et économique d'un même pièce.

Voir aussi :

Principes de l'État-nation

Sans véritable démocratie il n'y a pas de véritable État-nation, et inversement car le second est - par le service public - l'expression physique de la première. Quant aux États-nations dans leur ensemble ils garantissent - par leur langue nationale - la diversité culturelle internationale.

Nous définissons l'État-nation idéal sur base de six principes, la démocratie directe constituant le principe de base sur lequel les cinq autres peuvent être construits. On peut les regrouper selon leur fonction de cohésion et de souveraineté nationale :

Cohésion nationaleSouveraineté nationale
  • langue nationale
  • limitation des écarts de richesse
  • monnaie nationale et entreprises nationales
  • libre-échange souverain et conditionnel
  • internationalisme confédéral

L'internationalisme confédéral est traité dans la section suivante. Les autres principes sont développés ci-dessous.

Langue nationale

Afin de rationaliser leur fonctionnement les États devraient évoluer en se recomposant – par sécessions ou regroupements – en régions monolingues : la Wallonie avec la France, la Flandre avec la Hollande, le sud-ouest des USA avec le Mexique, etc. La langue constitue le premier facteur de cohésion/différenciation culturelle. Ainsi si les Écossais ont voté contre la sécession lors du référendum de septembre 2014 c'est essentiellement parce que l'anglais est la langue maternelle de 98% des écossais. Par contre en Catalogne le pourcentage d'habitants dont le castillan - langue officielle de l'Espagne - est la langue maternelle tombe à 55% (c'est du moins le chiffre officiel, mais peut-être est-il encore plus bas ...), ce qui peut expliquer la victoire des indépendantistes catalans aux élections régionales de septembre 2015.

Notons enfin que dans le nationalisme linguistique, l'identité nationale n'est pas fondée sur la race ou la religion mais sur la langue nationale, laquelle est :

  • au niveau national un fondement de la cohésion sociale ;

    Minorités culturelles. La langue nationale constitue un médium indispensable par lequel les diverses communautés ethniques de la nation peuvent créer des liens entre elles. Elle est bien plus qu'un lien inter-communautaire, elle est la marque de cette suridentité collective qu'est l'identité nationale linguistique couvrant toutes races et religions.

  • au niveau international un fondement de la diversité des façons de penser la vie et la société (chaque État-nation étant « une expérience particulière de société »).

    les États-nations sont donc solidaires dans la préservation - et même le développement - de la diversité (culturelle, économique, ...), de sorte qu'ils sont les ennemis jurés de l'impérialisme. D'autre part nous verrons plus loin que le concept culturel de nationalisme linguistique, est très lié au concept économique de libre échange souverain et discrétionnaire.

Limitation des
écarts de richesse

La limitation des écarts de richesse est indispensable pour garantir un minimum de cohésion sociale. D'autre part sans limitation des écarts de richesse l'exercice de la démocratie n'est pas possible, par contre sa simulation – notamment via le contrôle des médias privés par des super-riches – est d'autant plus facile. D'autre part de récentes études du FMI et de l'OCDE montrent que les écarts de richesse sont corrélés négativement avec la croissance économique [FMI-2015, OCDE-2014]. Enfin selon nous, la concentration du capital se traduit par une uniformisation stérilisante de l'environnement, aussi bien dans les villes bétonnées que dans les campagnes aux gigantesque champs de l'agriculture industrielle [approfondir].

Monnaie
nationale

L'union monétaire européenne ne peut fonctionner efficacement que s'il y a homogénéité des économies des pays membres, ce qui est difficilement réalisable sans homogénéité culturelle. C'est la raison pour laquelle les politiques économique et culturelle de l'UE, tout en prétendant défendre le "multiculturalisme", font en réalité exactement le contraire en éradiquant progressivement les cultures régionales pour les remplacer par le mode de vie « made in US » (dont l'anglais) [4]. Par conséquent, afin de préserver la diversité culturelle et supprimer la cause des tensions économiques entre les pays européens, il importe de saborder l'Union européenne et de revenir rapidement aux monnaies nationales.

On notera qu'un retour à la souveraineté monétaire n'empêche en rien une coordination politique et économique internationale (et pourquoi donc la limiter à l'Europe ? [5] ), mais pour autant qu'elle soit (i) fondée sur l'utilisation d'une langue et d'une devise internationales construites à cet effet, et (ii) limitée au stricte minimum afin de préserver la souveraineté des États-nations. Ce thème est traité plus loin.

Entreprises
nationales

Dans notre article " Service public par des entreprises publiques " nous avons montré que l'État devrait posséder des entreprises publiques dans chaque secteur économique, notamment afin de neutraliser le risque de désindustrialisation causée par la délocalisation d'entreprises privées. Nous y recommandons, dans le contexte politique de démocratie directe, une économie mixte où le statut de grande entreprise est monopole public, et où les entreprises publiques sont gérées sous statut de coopérative publique.

Libre-échange
souverain

Le principe d'ouverture des marchés nationaux permet sous certaines conditions d'amplifier et propager le développement économique. Mais il peut aussi s'avérer nuisible : dumping, délocalisations, fraude fiscale, néocolonialisme, ... Se pose alors la question : comment éviter que les effets négatifs du libre échange l'emportent sur ses effets positifs ? Pour ce faire deux conditions nécessaires doivent selon nous être vérifiées :

  1. souveraineté : le libre échange ne peut être imposé aux États par un pouvoir supra-national ;
  2. conditionnalité : le libre échange doit être conditionnalisé au respect de normes anti-dumping (social, fiscal et environnemental), c-à-d que les pays qui respectent les normes sociales et fiscales ne doivent pas hésiter à interdire l'accès à leur marché national aux entreprises des pays qui ne respectent pas ces normes.

Pour approfondir lire notre article sur le libre-échange.

Les principes de l'État-nation étant établis, venons-en maintenant à ceux de leur Confédération.

Principes de Confédération des États-nations

La Confédération mondiale pourrait être fondée sur les cinq principes présentés dans le cadre ci-dessous. Cette proposition paraîtra sans doute utopique, mais sa fonction est de susciter la réflexion en sortant du cadre de nos conceptions traditionnelles des relations internationales.

Avant de lire l'encadré il est utile de rappeler :
  1. Souveraineté des États-nations : la Confédération ne se situe pas au-dessus mais au côté des États-nations (NB : le préfixe "con" est dérivé du latin "cum", qui signifie "avec").

  2. Complétude minimale :
    • complétude : la Confédération s'implique dans tous les domaines ayant un aspect international (elle a donc vocation à remplacer toutes les institutions internationales) ;
    • minimale : ne visant pas à devenir un gouvernement mondial (qui serait l'expression ultime du totalitarisme et de l'uniformisation culturelle) la Confédération s'immisce le moins possible dans les domaines du point "complétude", afin de préserver la souveraineté des États-nations notamment en matière de politique économique (budgétaire, monétaire, sociale, industrielle, commerciale), scientifique (enseignement, R&D) et culturelle.
  3. Langue confédérale : la Confédération ne travaille et communique que dans la langue internationale construite (LIC) qui a été choisie comme la langue Confédérale.

  4. Territoire multiple : chaque État cède à la Confédération – de façon définitive et irrévocable – une zone habitable frontalière représentant au maximum 0,1% de son territoire national, et dont la superficie et la population ne peuvent dépasser la valeur moyenne des États de moins de cinquante millions d'habitants. Il y aurait ainsi un État confédéral, se situant au côté des autres États, et dans la composition duquel aucun de ceux-ci ne serait surreprésenté.

  5. Coordination et autofinancement : la Confédération assume par le biais d'entreprises publiques confédérales :
    • la coordination des activités internationales (normes, rating, médiation, droit international, ...) ;
    • la gestion des biens confédéraux , notamment :
      • la monnaie confédérale (devise internationale complétant les monnaies nationales), et le système bancaire et financier international (actuellement géré par des organisations privées telles que la Banque des Règlements Internationaux et SWIFT) ;
      • les eaux internationales et l'espace (PS : la Constitution de la Confédération devrait stipuler que les armées nationales ne peuvent naviguer dans – ni survoler – les eaux internationales, seule l'armée confédérale y étant autorisée).

Synthèse

Gouvernement
mondial ?

Dans le contexte du phénomène technologique de mondialisation les État-nations sont-ils condamnés à disparaître ? Dans l'affirmative ceux-ci perdraient leur souveraineté au profit d'un gouvernement mondial, et la diversité culturelle internationale tendrait à se dissiper par homogénéisation culturelle, probablement sur le modèle états-unien. Les partisans d'un gouvernement mondial soutiennent que celui-ci réduirait le risque de conflits guerriers.

Certains considèrent l'ONU comme une étape vers un gouvernement mondial, mais l'ONU n'est pas un État, elle n'est qu'une arène médiatique mettant en scène le jeu des classes dirigeantes des pays membres permanents pour le contrôle voire l'expansion de leur « zone d'influence ». Quant à l'Union européenne elle constitue clairement une étape vers un État mondial, mais dans une logique messianique et d'impérialisme atlantiste puisque l'UE se voit comme un moyen de "contrer" (sic) la Chine et la Russie (mais pas les USA ...), suscitant ainsi une logique de guerre froide. En outre, qu'on le veuille ou non, son évolution conduit nécessairement au remplacement de petits États-nations par un plus grand, éloignant ainsi encore plus le citoyen du processus politique et de la chose publique. L'UE n'est donc pas un progrès mais une régression.

Confédération
mondiale ?

Les difficultés croissantes que rencontre voire suscite l'Union européenne s'expliquent notamment par le fait que ce projet atlantiste et oligarchique sous-estime la prégnance de la diversité culturelle européenne (une trentaine de langues !). La globalisation progresse certes mais demeure cependant le fait d'une infime minorité de la population (en particulier la classe dirigeante cosmopolite) ... et le restera peut-être beaucoup plus longtemps qu'on l'imagine. Selon nous un gouvernement européen ou, qui plus est, mondial, sont incompatibles avec la préservation de la diversité culturelle, laquelle (i) est indispensable à la capacité de résilience d'une économie globalisée, et (ii) stimule le progrès scientifique international par la confrontation d'approches différentes.

Mais d'autre part, afin de rationaliser leur fonctionnement, les États devraient évoluer en se recomposant – par sécessions ou regroupements – en régions monolingues : la Wallonie avec la France, la Flandre avec la Hollande, le sud-ouest des USA avec le Mexique, etc. Cette recomposition des États est souhaitable non seulement pour des raisons d'efficacité interne de chaque État (simplification administrative, cohésion sociale, ...), mais aussi parce qu'elle constitue - contre le tout à l'anglais - le meilleur garant de préservation de la diversité culturelle internationale, source importante de progrès scientifique par la confrontation d'approches différentes (chaque État-nation étant une expérience particulière de société). Il reste cependant à créer une double culturalité nationale/internationale au moyen d'une langue internationale construite à cet effet (LIC), et qui serait la seule langue étrangère inscrite au programme de l'enseignement obligatoire des pays membres d'une Confédération mondiale des États-nations [approfondir].

Cette Confédération se situerait hiérarchiquement au même niveau que ceux-ci voire en dessous. Ainsi la préservation des souverainetés et identités nationales participerait à conserver ce facteur de progrès et de résilience qu'est la diversité culturelle internationale. À l'évolution technologique de mondialisation devrait répondre une évolution institutionnelle visant non pas à éradiquer les conflits (un conflit n'est pas nécessairement inutile ou nuisible) mais plutôt à développer les instruments institutionnels pour les gérer collectivement.

Cependant force est de constater que depuis les années 1980 - considérées comme marquant la fin du communisme et la victoire du libéralisme - la conception européo-atlantiste de l'évolutionnisme sociétal a manifestement gagné du terrain, notamment par :

  • le démantèlement progressifs des États, et donc des principes d'État social et d'État de droit ;
  • l'uniformisation culturelle, par la dissolution des différentes nations en un clone du "modèle" US.

L'idée d'un gouvernement mondial – derrière laquelle se cache en réalité l'ambition impérialiste des classes dirigeantes des pays atlantistes – constituerait une grave régression. Le progrès ne consisterait-il pas plutôt en une Confédération mondiale d'États-nations, souverains et fonctionnant en régimes de démocratie directe ? :

  1. des États-nations, chacun fondé :

    • culturellement sur une seule langue nationale ;
    • économiquement sur une monnaie nationale et des entreprises publiques (les entreprises privées étant limitées aux PME) ;
    • politiquement sur la démocratie directe (telle que nous l'avons définie dans le chapitre "Objectif").
  2. une Confédération des États-nations visant à faciliter la coopération internationale (commerce, technologie, droit, sécurité, ...) tout en préservant la diversité culturelle, et fondée :

    • culturellement sur une langue confédérale, une langue internationale construite à cet effet et qui serait la seule langue "étrangère" inscrite au programme de l'enseignement obligatoire des pays membres de la Confédération ;
    • économiquement sur :
      • une monnaie confédérale (une devise internationale construite à cet effet, et complétant les monnaies nationales) ;
      • un territoire confédéral constitué par une donation, par chaque État-membre, d'une zone frontalière de son territoire national ;
    • politiquement sur une organisation horizontale préservant la souveraineté des États (--> pour chaque État la Confédération est un partenaire se situant au même niveau que les autres États, voire un instrument commun à tous se situant hiérarchiquement en-dessous des États-nations).

On notera qu'en institutionnalisant ainsi pour chaque pays le principe de double culturalité nationale et internationale la Confédération préserve la diversité culturelle tout en organisant la coopération internationale. Peut-être, dans un futur plus ou moins lointain, n'y aura-t-il plus sur Terre qu'une seule langue et une seule culture. Dans ce cas, si l'on veut faire en sorte que cette culture globale soit le résultat d'un processus collaboratif, et non le fait d'un pays impérialiste, alors notre Confédération mondiale constitue aussi une voie pour y arriver.

[1] Théorie du relativisme linguistique de Sapir-Whorf. Voir aussi les travaux de Cole (1971) et de Serpell (2000) montrant que ce qui est considéré comme intelligent dans une culture ne l'est pas nécessairement dans une autre.

[2] Il existe cependant de nombreux concepts dont la traduction parfaite est impossible car ceux-ci sont perçus différemment selon la culture linguistique. Par exemple la notion de "temps" n'est pas la même eu Europe et en Afrique (ce qui peut d'ailleurs expliquer pourquoi l'Afrique est difficilement intégrable dans le modèle économique occidental). Mais cet exemple illustre bien le phénomène de relativisation réflexive par la confrontation de conceptions issues de cultures diverses, et qui est source fondamentale de remises en question permanentes et de progrès scientifique.

[3] Le plan Marshall, que la plupart des historiens décrivent comme un plan d'aide à la reconstruction, était en réalité un programme d'asservissement économique et culturel. Même en Allemagne de nombreuses installations industrielles avaient été volontairement épargnées par les bombardements alliés, qui avaient surtout visé les populations civiles [source]. La reconstruction des pays européens, déjà en route depuis deux ans, était florissante et n'avait aucunement besoin de "l'aide" de ses tardifs "libérateurs". Les USA et l'Angleterre avaient en effet fait preuve d'une très hypocrite complaisance envers le régime Nazi du Chancelier Hitler [exemple1, exemple2, exemple3] - qu'ils voyaient comme un instrument de combat contre le communisme qui dans les années 1930 se répandit partout en Europe [exemple]. Les USA et l'Angleterre ne se sont retournés contre le régime nazi qu'à partir de 1942 lorsqu'il apparut que l'armée allemande (i) allait être vaincue sur le front Est par les soviétiques, et (ii) était confrontée en Europe de l'Ouest à des réseaux de résistance de plus en plus efficaces ... et majoritairement composés de communistes.

[4] Une répression idéologique est également menée par la classe politique européenne et leurs amis les journalistes contre les citoyens qui s'opposent à cette « solution finale culturelle », lesquels sont calomniés sous l'accusation de promouvoir le "replis culturel", alors qu'il s'agit exactement du contraire, défendre la diversité culturelle.

[5] En se posant cette question on réalise encore mieux que le projet d'Union européenne n'est rien d'autre qu'un projet de domination impériale "made in US". Ainsi le "traité de Lisbonne" - clone de la Constitution US - fusionne la politique militaire de l'UE avec celle de l'OTAN, l'extension impériale de l'armée US [source].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *