VIII.10 Utiliser Linux Debian

email Facebook Twitter
Màj : 16 mai 2022   –   # pages : 5 [?]

L'esprit Linux Debian

https://democratiedirecte.net/utiliser-linux-debian#esprit-du-libre
linux-debian.jpg

Maintenant que vous avez libéré votre ordinateur (voir /installer-linux-debian), vous allez pouvoir acquérir (par la pratique) l'esprit Linux, c-à-d vous libérer du comportement passif dans lequel vous a maintenu votre ancien système propriétaire (Microsoft ou Mac). Cette passivité maintient la population dans l'analphabétisme numérique, et la pousse ainsi dans les bras des GAFAM. Ces entreprises commerciales privées se moquent de savoir que vous n'utilisez qu'une infime partie des fonctions de leur système, et souvent de façon très inefficace (je tombe de ma chaise à chaque fois que j'observe travailler sur leur ordinateur des utilisateurs de Microsoft comme de Macintosh). La raison de cette situation est que l'objectif des GAFAM est de collecter vos données personnelles (privées, sociales et professionnelles). Ce ne sont pas des entreprises publiques dans un système de démocratie directe...

Avec Linux vous allez démultiplier votre productivité informatique ... par la pratique. Car Linux Debian n'est pas seulement un système libre et ouvert, c'est également une communauté d'entraide et une philosophie d'émancipation. Comprenez bien cependant que dans l'esprit Linux Debian, "aider" ce n'est pas résoudre les supposés "problèmes" à votre place, mais vous indiquer la voie pour le faire vous-même. Vous découvrirez d'ailleurs que, dans la plupart des cas, la cause de supposés "dysfonctionnements" du système n'est pas le matériel ou le logiciel, mais votre analphabétisme numérique.

Ainsi avant de demander de l'aide sur un forum (par exemple debian-fr.org), ayez le réflexe de systématiquement vous poser d'abord les questions suivantes : "quelle est nature du supposé "problème" " ⇒ "quelles sont ses causes possibles" ⇒ "que dois-je faire pour résoudre le problème" (conseil : écrivez les réponses que vous imaginez). Dans la section suivante vous apprendrez comment répondre à ces questions ⇒ ne demandez de l'aide à la communauté Linux Debian qu'après avoir essayé de résoudre vous-même le "problème". Pas avant !

Comprenez-vous maintenant pourquoi le présent manuel fait partie d'un site consacré à la démocratie directe ... ?

Apprentissage

https://democratiedirecte.net/utiliser-linux-debian#apprentissage

Apprenez par la pratique, et non en lisant les manuels de A à Z. Utilisez ceux-ci comme une encyclopédie où l'on va chercher la réponse à une question spécifique. Si le sommaire ne suffit pas pour trouver la section ad hoc, faites une recherche par mots clés via un moteur de recherche : motsClés site:debian.org.

Vous trouverez ainsi des éléments des réponse provenant du wiki (wiki.debian.org) et des manuels :

D'autre part sachez qu'une réponse a très probablement déjà été fournie à votre question. Faites donc une recherche (en anglais) sur :

  • debian otherKeyWords site:superuser.com
  • debian otherKeyWords site:stackoverflow.com

Ligne de commandes

https://democratiedirecte.net/utiliser-linux-debian#ligne-de-commandes

Il y a deux façons d'interagir avec le système :

  • pour la gestion basique : l'utilisateur interagit par clics sur une interface graphique (GUI : "Graphical User Interface") ;
  • pour la gestion avancée : l'utilisateur interagit par texte dans une interface en lignes de commandes (ou "terminal").

Dans l'image ci-dessous illustrant un terminal, l'utilisateur dev, travaillant sur l'ordinateur vmdev, a lancé la commande ls -l (première ligne). Cette commande affiche le contenu du répertoire courant (ici le répertoire racine de dev). Une fois le résultat affiché, l'invite de commande dev@mdev:~$ est à nouveau affichée (dernière ligne).

Interface de ligne de commande (ou "terminal")

terminal.jpg

Si le répertoire courant était "Documents", l'invite serait dev@mdev:~/Documents$

Quelques principes de base importants de la ligne de commande :

  • $ commande : commande en mode utilisateur ;
    # commande : commande en mode root (peut tout faire).
  • debian.org/doc/manuals/debian-handbook/... > B1
  • séquence : commande1 | commande2 applique "commande2" à la sortie de "commande1" ; exemple : $ lspci | egrep "3D|Display|VGA" ;
  • redirection :
    commande > fichier redirige la sortie de "commande" vers "fichier" (en écrasant) ;
    commande >> fichier redirige la sortie de "commande" vers "fichier" (en ajoutant) [source].

Quelle interface préférer ? Préférer l'interface graphique n'est pas un crime, mais lorsque vous êtes amené à utiliser une ligne de commande, cherchez systématiquement à comprendre ce que vous faites, au moyen de man nomCommande ou via le navigateur : manpages.debian.org. Les fonctions de séquence et redirection évoquées ci-dessus montrent que l'interface graphique ne permet d'opérer qu'une partie des fonctions utilisables via l'interface en lignes de commandes.

Système de fichiers

https://democratiedirecte.net/utiliser-linux-debian#systeme-de-fichiers

Arborescence des fichiers : debian.org/doc/manuals/debian-handbook/... > B2

(Dés)Installer une application

https://democratiedirecte.net/utiliser-linux-debian#installer-desinstaller-application

En interface graphique (synaptic) :

  1. sélectionner les ou les programmes à (dés)installer ;
  2. si désinstallation, choisir entre "avec" ou "sans" fichiers de configuration ;
  3. cliquer sur "Appliquer".

En ligne de commandes [source] :

  • installer : # apt install nomPaquet
  • supprimer (en conservant la configuration) : # apt remove nomPaquet
  • supprimer (en supprimant la configuration) : # apt purge nomPaquet

Si vous privilégiez la sécurité du système sur la facilité de configuration d'une application, préférez la suppression complète.

Vocabulaire. Les termes "application", "logiciel", "programme", "paquet" sont synonymes. Le choix varie selon le contexte :
utilisateur lambda : "application" ;
• développeur : "programme" ;
• debian : "paquet".

Sécurisation

https://democratiedirecte.net/utiliser-linux-debian#securisation

Principes de sécurisation informatique :

  • Il n'existe pas de système sécurisé à 100% : on ne peut faire qu'abaisser le risque d'erreurs de manipulation ou d'attaques à un niveau "acceptable", relativement au business modèle dans lequel opère le système considéré.
  • Plus on augmente le nombre de fonctions serveurs sur un ordinateur, plus on accroît le risque d'erreurs de manipulation ou d'attaques. C'est comme une maison : plus elle comprend de fenêtres et de portes externes, plus il est coûteux de la protéger des cambrioleurs. Par exemple, si vous n'avez pas besoin d'un serveur web sur votre ordinateur, désinstallez-le.

Politique de sécurisation :

  1. installer un pare-feu sur votre ordinateur, par exemple firewalld ;
  2. mettre à jour le système (cf. infra la section #update-upgrade) une fois par semaine, afin de supprimer les bugs ;
  3. l'utilisation de mots de passe différents pour chaque application, et de longueur suffisante, ce qui requiert l'utilisation d'un gestionnaire de mots de passe tel que KeePassXC ;
  4. préfèrer toujours un fournisseur d'accès Internet (FAI) qui garantit une adresse IP dynamique, c-à-d une adresse IP qui change à chaque fois que vous vous reconnectez à Internet (en l'occurrence il est recommandé de fermer sa connexion tous les soirs) [approfondir] ;
  5. avoir conscience que le mail permet assez facilement d'usurper l'identité d'une personne : voir /citoyennete-numerique#usurpation-email ;
  6. éviter de cliquer sur des liens se trouvant dans un email ou une page web dont l'adresse vous est inconnue ; et si l'adresse vous est apparemment connue, vérifier malgré tout que le nom de domaine est exactement écrit ;
  7. n'ouvrir un document d'origine douteuse qu'après l'avoir scanné (par exemple au moyen de clamdscan) ;
  8. sortir de l'analphabétisme numérique : il est effarant de constater que chez la plupart des gens, y compris de formation universitaire, la plupart des points ci-dessus sont quasiment incompréhensibles, et cela alors qu'ils utilisent Internet presque quotidiennement, et régulièrement pour des opérations confidentielles sur leur compte bancaire, dossier fiscal ou médical. Pour vous libérer de l'analphabétisme numérique, suivez notre programme d'auto-formation à la /citoyennete-numerique.

Mise à jour/niveau

https://democratiedirecte.net/utiliser-linux-debian#update-upgrade

Maintenir votre système à jour est une condition absolument nécessaire pour la sécurité de celui-ci.

La nomenclature des commandes Linux en la matière sème parfois la confusion dans l'esprit des apprentis, car, qu'il s'agisse d'une mise à jour ("update" en anglais) ou d'une mise à niveau ("upgrade" en anglais), on utilise dans les deux cas des options de la commande apt, appelées ... "update" et "upgrade" :

  • mises à jour (en anglais : "updates") :
    • concerne des corrections  ;
    • numérotation : exemple : de Debian 11.v.w. à Debian 11.v.x ;
    • périodicité : fréquentes (NB : à faire chaque semaine) ;
    • procédure :
      • soit via via le GUI Synaptic [wiki.debian.org/fr/Synaptic] :
        1. cliquer sur le bouton "Recharger"  ;
        2. cliquer sur "Tout mettre à niveau" (+ confirmation), puis sur "Appliquer" (+ confirmation) .
      • soit en lignes de commande :
        1. # apt update : télécharge la liste des paquets qu'il faut mettre à jour (bouton "Recharger" dans Synaptic) ;
        2. # apt upgrade : réalise la mise à jour de Linux Debian (boutons "Tout mettre à niveau" et "Appliquer" dans Synaptic).
  • mise à niveau (en anglais : "upgrade") :

La mise à niveau telle que ci-dessus est dite "par dessus". Une alternative est la réinstallation complète (ou "écrasement" du système installé, c-à-d comme lors de la libération de la machine). Chacune a ses avantages et inconvénients :

  • mise à niveau "par écrasement" :
    • avantage : meilleure solution du point de vue de la sécurité (nettoyage intégral) ;
    • inconvénient : il faut réinstaller les fichiers personnels ;
  • mise à niveau "par dessus" :
    • avantage : pas besoin de réinstaller les fichiers personnels ;
    • inconvénient (à confirmer par un spécialiste...) : le système peut conserver des modifications ou ajouts non souhaitables (suite à l'action de l'utilisateur ou d'un hackeur).

Conclusion (mise à niveau) : comme dans les deux cas il faut de toute façon sauvegarder les fichiers personnels (obligatoire si mise à niveau "par écrasement", vivement conseillé si "par dessus"), je recommande la mise à niveau "par écrasement", dans la mesure où la réinstallation des fichiers personnels est assez rapide (et pour autant que l'inconvénient supposé soit réel...).

Dépannage

https://democratiedirecte.net/utiliser-linux-debian#depannage

Commande qui "ne fonctionne pas" ? Voici trois causes possibles fréquentes :

  • peut-être le paquet gérant la commande n'a-t-il pas été installé ⇒ découvrir le nom du paquet Debian contenant la commande en question (NB : ce n'est pas toujours le nom de la commande) ⇒ installer le paquet ;
  • par exemple $ ifconfig ne fonctionne pas ("commande introuvable"), mais bien # ifconfig ou $ /sbin/ifconfig ;
  • en outre, certaines commandes (par exemple ifconfig) requièrent que les variables d'environnement soient supprimées, ce qui se fait soit en se connectant en root par su - au lieu de su [source].

    Une autre possibilité est sudo plutôt que su - (N.B. sudo n'est pas installé par défaut dans Linux Debian. Une fois installé il faut en outre s'ajouter en tant qu'utilisateur de sudo [source] ).

Processus. Linux Debian est un SE qui est moins souvent sujet aux blocages que MS Windows ou macOS. Quand il s'agit d'une seule application, il n'est pas nécessaire de redémarrer la machine : Application > Outil système > Moniteur système (à installer) > Processus > Cliquer droit sur l'application bloquée > Terminer voire Tuer. Quand le blocage est total, on peut accéder à un terminal sans GUI en faisant CTRL+ALT+F1 (CTRL+ALT+F7 pour revenir au GUI) ⇒

  • sudo service lightdm restart pour redémarrer le GUI ;
  • CTRL+ALT+DEL pour redémarrer l'ordinateur.
n_check

Contact


democratiedirecte.net

top-of-page.png